Livre du jour : Marcelo D’Salete : Angola Janga

Livre du jour Marcelo DSalete Angola Janga

Langue originale: Portugais

Titre original: Angola Janga

Année de parution : 2017

Traduction: Rosa Martínez-Alfaro

Évaluation: plus que recommandé

Je pense pouvoir généraliser en disant que la plupart d’entre nous ont très peu d’idée de ce à quoi ressemblait le système esclavagiste en Amérique ; En tout cas, un peu plus sur ce qu’il y avait aux États-Unis, grâce aux séries télé, aux films, et même à certains livres qui nous parviennent, mais je soupçonne que les hispanophones ignorent presque tout sur le rôle de nos ancêtres dans l’esclave africain commerce (et encore plus en Espagne. et “Espagne” j’ajoute enfin et surtout, Le Pays Basque et la Catalogne, pays d’origine des esclaves infâmes). Eh bien, ne disons pas quand nous parlons de ce qui s’est passé au Brésil, le pays qui a eu le plus d’esclaves – on estime que plus de cinq millions des douze millions et demi d’esclaves africains amenés en Amérique sont allés – et où l’esclavage a ensuite été aboli , en 1888. .

En toute logique, et bien que l’histoire traditionnelle ait souvent négligé le sujet, les esclaves africains n’ont pas toujours accepté le sort cruel et les traitements inhumains auxquels ils ont été soumis, et donc les émeutes et les évasions étaient fréquentes. Après le moment épique de la révolution haïtienne, dirigée par Toussaint-Louverture, l’épisode le plus important et le plus durable a eu lieu dans le nord-est du Brésil, où tout au long du XVIIe siècle – bien que le processus ait commencé plus tôt et s’est terminé plus tard – les réfugiés esclaves ont pratiquement formé leur pays dans la Serra. da Barri ou Angola Janga, “le petit Angola”.

1630503813 298 Livre du jour Marcelo DSalete Angola Janga

Ce magnifique roman graphique du Brésilien Marcelo D’Salete se concentre sur le dernier tiers du XVIIe siècle, lorsque les dirigeants de Ganga Zumba commandaient Palmares, qui a signé un traité de paix avec les Portugais et a pris le contrôle de la ville de Cucaú. , et son adversaire Zumbi, qui ne devint jamais esclave et alla à l’encontre du mocambo ou ville fortifiée ; quelque chose qui pourrait plus tard être connu sous le nom de “quilombo” – Macaco, la “capitale” de l’Angola. Ici, nous trouvons des protagonistes aussi passionnants que les dirigeants mentionnés ci-dessus et aussi leurs lieutenants: la zone voyous, le mulâtre Soares, le beau guerrier Andala … par les esclaves portugais qui ont envoyé des unités paramilitaires sanglantes contre les esclaves rebelles, par ex. Tecio de los Henriques ou éclaireurs Paulistas, qui se spécialise dans la destruction des peuples autochtones, nous présente des personnages non moins intéressants et complexes, tels que le chasseur vétéran Rodrigues, l’habile André Furtado ou le rapide Domingos Jorge Velho.

Ce roman est dessiné en noir et blanc strict et approprié (le coup de D’Salete, d’ailleurs, rappelle assez celui d’Hugo Pratt) et, en plus d’être une leçon d’histoire très bien documentée – bien que certains événements et personnages aient été omis ou redondant par souci de cohérence, est un roman de premier ordre sur l’aventure, l’intrigue, la trahison et la dignité humaine. Il faut s’habituer à être souvent condamné Commentaires ce qu’on trouve à travers l’histoire, mais je pense que ça coûte peu…

Lecture hautement recommandée pour découvrir certains de ces moments qui ne sont généralement pas ou seulement abordés dans les livres d’histoire les plus généraux, mais qui sont un élément aussi important que n’importe quel autre auteur de livre (et faisant référence à un afro-brésilien, comme un dessin animé) lui-même, important) controversé, mais un mélange passionnant qui compose le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Oliver Langelier

Une peu plus sur moi, passionné par les nouvelles tek et l'actualité. Je tâcherai de retranscrire toutes mes découvertes. Oliver Langelier