Clark Ashton Smith. Histoires d’étrangeté, de mystère et de folie

 

Clark Ashton Smith Histoires detrangete de mystere et de folie

Langue originale: Espagnol
Année de parution : 2021
Évaluation: Pas fou (je recommande pour ceux que ça intéresse)

Je dois admettre que j’ai peu lu sur Clark Ashton Smith, l’écrivain qui a formé le triomphateur du magazine Histoires étranges avec HP Lovecraft et Robert E. Howard. L’anthologie polyphonique que j’évoque aujourd’hui est donc la porte d’entrée, bien qu’un peu biaisée, de son univers littéraire. Après tout, il combine non seulement plusieurs poèmes et l’histoire d’un auteur californien, mais propose également huit fictions d’Espagnols qui l’admirent.

Soit dit en passant, la publication de l’anthologie susmentionnée est fière. Le continent du livre se distingue par son identité graphique très marquée. Quant au contenu du volume, il faut reconnaître qu’il constitue un excellent hommage à Smith. Donc, tout ce que j’ai à faire est de m’incliner devant le commerce démontré par 2Heads.

Ceci étant dit, passons au plat principal Clark Ashton Smith. Histoires d’étrangeté, de mystère et de folie: histoires qu’il contient.

  • On a commencé fort “Ngoc, idiot”. Son environnement africain est très captivant (et le détail à votre service est extraordinaire) ; ses personnages, notamment le personnage principal, sont bien plus complexes qu’il n’y paraît a priori ; il y a des scènes gores qui nous ravissent qui avons soif de sang ; plusieurs événements se déroulent en parallèle sans diluer le message principal ; Pour couronner le tout, il allie de manière ludique action et réflexion.
  • L'”ennemi de Mandor” se déroule à Zothique, un appareil emblématique créé à l’origine par Smith. L’intrigue et l’intrigue de cette aventure sont assez classiques et sa torsion est à venir, mais au final c’est très agréable.
  • “El fuego de mercurio” choisit l’abstraction métaphysique dans son dernier tiers. Ce n’est pas une proposition ronde; néanmoins, il m’intéresse en tant qu’étude de notre tentative stérile de comprendre la mort.
  • “Las moradas del silencio” a une prose un peu étrange (elle force plus d’une fois la machine et sa ponctuation semble discordante), une intrigue éparse qui rassemble trop de genres et fournit des informations qui sont ensuite gaspillées. En cas de mise en œuvre irrégulière, c’est certainement une bonne idée.
  • “Witch and the Hero” pèche dans un style de bombardement et n’a pas pu se connecter avec son histoire.
  • La “Maison occupée” se déroule à Madrid. Il est différent et a un sous-texte politique intéressant.
  • “Madeleine” ne brise aucun moule, mais compense la familiarité qu’elle évoque par un climax bien dit et des éléments très légitimes.
  • “La Re-Unión” pourrait être classée comme une tragi-comédie traditionnelle de la Galice rurale.
  • Terminons avec la “Music of the Dead” de Smith.

Quoi qu’il en soit : ça Clark Ashton Smith. Histoires d’étrangeté, de mystère et de folie il est idéal pour les amateurs de “Barde d’Auburn”, “Troubadour cosmique”, “Dream Sovereign”. Ceci est également apprécié par ceux qui en ont entendu parler en tant que serviteur, mais sont à peine entrés dans les paysages de leur imagination. Toujours.

Oliver Langelier

Une peu plus sur moi, passionné par les nouvelles tek et l'actualité. Je tâcherai de retranscrire toutes mes découvertes. Oliver Langelier